Sapa O’Chau Vietnam

vietnam 1 - Copie

Des conditions de vie difficiles, particulièrement pour les femmes

Dans les montagnes du Nord Vietnam, le peuple H’mong, disséminé dans les villages autour de Sapa, cultive les rizières et vit au plus proche de la nature. Les femmes vont rarement à l’école (3% d’entre elles sont scolarisées). Elles s’occupent très tôt de leur famille et sur le marché de Sapa, elles vendent aux touristes, les produits artisanaux qu’elles fabriquent.

 Shu Tan, une jeune femme H’mong, visionnaire.

A 20 ans, allant à l’encontre de son éducation et des diktats culturels, Shu Tan décide de se battre pour la condition des femmes H’mongs. Elle ouvre un gîte chez l’habitant, forme des jeunes guides et organise des treks pour les touristes; c’est la naissance de l’entreprise sociale Sapa O’Chau.

Un combat contre illettrisme

Les premiers bénéfices des treks permettent de distribuer des vêtements chauds et des fournitures scolaires aux enfants. Le succès de son entreprise conduit Shu à ouvrir une école où elle accueille principalement des jeunes filles. Les cours sont dispensés par des étrangers bénévoles.

Le besoin d’un avenir plus pérenne

Aujourd’hui l’école accueille 70 élèves (dont plus de la moitié est pensionnaire), les cours sont toujours assurés par des touristes bénévoles étrangers. Shu souhaite continuer de faire grandir Sapa O’Chau, accueillir d’autres élèves, les accompagner au plus loin dans leur scolarité.

En savoir plus sur Sapa O’Chau au Vietnam